MuseumWeek : le Musée du sourire célèbre Basquiat

Né en 1960, Jean-Michel Basquiat aurait eu 60 ans en 2020. Le Musée du sourire participe à la 7e édition de la MuseumWeek, cet événement viral qui se tient sur les réseaux sociaux, du 11 au 17 mai, et a chosi de mettre l'artiste New-Yorkais à l'honneur. Son interprétation de la Joconde en 1983 fait du plasticien une figure majeure des artistes du sourire.

Du 11 au 17 mai, sur Instagram, le Musée du sourire publie des posts en lien avec les hashtags de la MuseumWeek : #heroesMW (lundi), #CultureInQuarantineMW (mardi) #togetherMW (mercredi) #MuseumMomentsMW (jeudi) #climateMW (vendredi) #technologyMW (samedi) #dreamsMW (dimanche)

Pendant la semaine des musées, retour sur la carrière de Jean-Michel Basquiat. Comment expliquer cet engouement international 30 ans après sa mort ? À son talent, bien sûr, mais aussi à des rencontres décisives quand il croise en particulier la route d’Andy Warhol à 25 ans. Ses personnages, mendiants ou squelettes, jaillissent des murs, bousculant les amateurs de lignes droites. Son trait rageur, brut, faussement enfantin, fait grincer les dents. Voyant finalement en lui son « égal », Warhol aide Basquiat à se hisser sur le devant de la scène jusqu’à faire en 1985 la couverture du New York Times Magazine consacré au marketing des artistes.

Deux marchands, les Français Yvon Lambert et Enrico Navarra, sont parmi les premiers à faire circuler ses œuvres avant qu’un galeriste suisse, Bruno Bischofberger, obtienne l’exclusivité en 1982. Mais la mort prématurée de l’artiste en 1988 va soudain changer la donne. Sa courte carrière se métamorphose en itinéraire foudroyé, Jean-Michel Basquiat devenant, dans l’imaginaire collectif, une extraordinaire étoile filante.

Prolixe, il a peint plus de 800 tableaux et 1500 dessins, produit des objets et estampes dont la cote grimpe aussitôt. En 2004, un nouveau pallier est franchi lorsque l’Américain Larry Gagosian, considéré comme le marchant d’art le plus influent au monde, l’inclut parmi les artistes de sa galerie. Dès lors, aucune toile vendue aux enchères ne descend plus en dessous des 8 M€. 2010, l’année du cinquantième anniversaire de la naissance de l’artiste, voit se concrétiser une rétrospective en Europe.

Suivez le Musée du sourire sur Instagram : instagram.com/smilemuseum